2007-02-02

Pascua-Lama en haute définition

En octobre 2005 j'avais essayé dans ce billet de situer Pascua-Lama grâce à Google Maps. A l'époque la définition de la région n'était pas excellente, et le résultat était un peu approximatif. Mais les choses ont changé, et la zone est maintenant couverte par Google Maps - et Google Earth pour ceux qui ont la 3ème dimension - en haute définition. On se demande bien pourquoi. D'ailleurs l'image satellite de Google Maps est la même que celle qui sert de fond à la carte détaillée du site publiée sur la page où Barrick défend son projet.
Ces éléments ont été récupérés sur Geonames, et les coordonnées exactes du site sont également données par Wikipédia. La page de Geonames permet de situer en détail les différents éléments du paysage, et en zoomant au maximum on peut vraiment se faire une idée par soi-même de l'état des lieux. Le site parait déjà sur ces vues dont on ne sait pas la date, comme toutes les vues de Google Maps, déjà bien occupé. On voit quelques installations et de nombreuses traces en zigzags qui sont de toute évidence des pistes d'engins.
Le périmètre d'exploitation délimité sur la carte publiée par Barrick est effectivement, comme la compagnie le dit, pratiquement libre de glace. Les fameux "glaciers" Toro 1 et Toro 2, en bordure de périmètre d'exploitation, ressemblent effectivement à de gros névés de 100 à 200m de diamètre tout au plus, et semblent bien petits par rapport aux "vrais" glaciers situés au Nord (Los Amarillos et Estrecho) et au Sud (Guanaco) de la zone. L'argumentation de Barrick par rapport à ces mini-glaciers tient donc la route, et focaliser l'argumentation contre le projet sur ce point n'était pas vraiment une bonne idée, et répercuter la nouvelle sous une forme caricaturale (Barrick va chercher de l'or sous les glaciers), sans aller voir sur le terrain, une idée encore plus mauvaise. Dont acte.
Bien. les glaciers ne sont pas directement sur le périmètre de la mine, et ne seront pas déplacés. C'est le contrat. Par contre, un point que l'argumentation de Barrick passe allègrement sous silence, c'est qu'une exploitation à ciel ouvert, à une telle altitude et dans un environnement aussi sec, produira un effet secondaire inévitable : la poussière. Car pour extraire de l'or, il faut déplacer et broyer des quantités phénoménales de roche. La teneur moyenne des gisements aurifères est de quelques grammes par tonne. Pour produire une once d'or (une trentaine de grammes), il faut donc traiter en moyenne 10 tonnes de roche. Or la production prévue de Pascua-Lama est de 750 000 onces par an pendant 20 ans. Soit 15 milions d'onces, ce qui correspond à 150 millions de tonnes de roche à extraire, broyer, transporter, concasser, traiter chimiquement pour séparer l'or (et l'argent) de la roche mère. Tout cela à près de 5000 mètres d'altitude, dans une des montagnes les plus sèches du monde.
Les glaciers voisins, petits ou grands, déjà menacés par le réchauffement climatique, auront donc à subir l'agression des retombées de poussière. Or la poussière sombre sur la glace augmente sa capacité d'absorption du rayonnement solaire, et donc accélère sa fusion.
Tout celà, Barrick n'en parle pas.
Pour se donner une idée de l'allure du site de Pascua Lama dans 20 ans, et se rendre compte de ce qu'est une mine à ciel ouvert, on peut visiter, toujours sur Google Maps, la mine de cuivre de Chuquicamata, elle aussi dans l'Atacama. A noter que cette dernière n'est qu'à 2900 m d'altitude. Pascua-Lama c'est 2000m plus haut ...

2007-02-01

Manif contre Barrick Gold à Santiago

Images sympa ... mais dans l'article on n'apprend pas grand-chose de neuf.

Avec la bénédiction de l'Argentine ...

Un bon résumé de la situation de Pascua Lama dans Libé du 19 janvier, répercuté ici et dans la blogosphère francophone. Barrick joue fin en donnant à l'exploitation un statut multinational. Si çà grogne trop sur le versant chilien, on s'appuiera sur l'Argentine ... L'exploitation commencera donc en 2010. Si les glaciers du coin ont survécu jusque là au réchauffement climatique, la poussière de l'exploitation les achèvera vite.